Aller au contenu principal

// Films // Bisbee '17

Bisbee '17

Robert Greene / États-Unis / 2018 / 112 ' / Anglais - Espagnol / S.T. Anglais

Credits

Robert Greene
Robert Greene
Jarred Alterman
Douglas Tirola & Susan Bedusa

Awards & Festivals

Official Selection, CPH:DOX 2018
Official Competition, DocAviv Film Festival 2018

À Venir

Restez à l'écoute pour toutes les projections à venir!

PRÉCÉDENTS

In Production

Essentiel, créatif et plein de contradictions, BISBEE explore la réconciliation d’une ville avec son passé de nettoyage ethnique et de démantèlement syndical.

Synopsis

BISBEE '17 est un film de non-fiction par le réalisateur primé à Sundance Robert Greene. L'histoire se déroule à Bisbee, Arizona, une ancienne ville minière excentrique située à quelques kilomètres de Tombstone et de la frontière mexicaine.

Mêlant éléments du cinéma documentaire avec d'autres genres cinématographiques, le film suit plusieurs membres de cette communauté très soudée alors qu'ils se préparent à commémorer le centenaire de la Déportation Bisbee, au cours de laquelle 1200 mineurs immigrés furent violemment enlevés de leurs maisons par une force déléguée, envoyés au milieu du désert sur des wagons de bestiaux, et laissés pour morts.

Les dernières mines de cuivre ont fermées en 1975. Anciennement pleine de vie, Bisbee passe alors près de devenir une ville fantôme de plus dans le paysage de l'Arizona, mais est sauvée par l'arrivée d'une génération de hippies, d'artistes et d'excentriques qui lui donne l'atmosphère particulière qui règne encore dans la ville aujourd'hui. Bisbee est considérée comme un petit point "bleu" dans la mer "rouge" de cet état républicain, mais les différences entre les gauchistes de la ville et les vieilles familles de mineurs demeure. Bisbee était autrefois reconnue comme un "camp d'hommes blancs", et ce passé raciste plane toujours dans l'air.

Alors que nous allons à la rencontre des habitants, ils commencent à confronter le violent passé de la Déportation, un secret bien enterré dans le vieux village pionnier. Alors que le centenaire du jour le plus sombre de Bisbee approche, les locaux se déguisent en personnages des deux côtés de cet évènement polémique, rejouant des scènes dramatiques des manifestations minières qui menèrent à la Déportation. Les espaces de la ville deviennent des miroirs du passé et du présent, et les acteurs paraissent être des fantômes dans les rues hantées de l'ancien camp de cuivre.

Des fantasmes reconstitués se mêlent à la réalité et la pression monte jusqu'à la représentation finale de la Déportation elle-même, le jour exact de son centième anniversaire.